Pas toujours évident de pouvoir fournir les garanties exigées par votre banque pour obtenir votre prêt logement. Saviez-vous que l’État peut, sous conditions, se porter garant d’une partie de votre prêt immobilier ? Comment cela fonctionne-t-il et qui peut y prétendre ? myLIFE a la réponse pour vous.

En couple depuis quelques années et des projets plein la tête, Sandra et Guillaume envisagent l’achat d’une maison. Avec leurs revenus modestes, ils savent qu’ils ne pourront pas s’offrir un château, mais ils ont déjà repéré un bien immobilier qui leur semble abordable. C’est plein d’espoirs qu’ils prennent rendez-vous avec leur conseiller bancaire pour discuter du financement de cette petite maison dans laquelle il projette déjà d’agrandir la famille.

Oui, mais voilà… Malgré les économies du jeune couple et son profil rassurant (revenus réguliers, taux d’endettement bas, gestion sérieuse des comptes), la banque exige des garanties pour accorder un crédit immobilier (hypothèque, apport personnel, etc.). Elle demande notamment un apport personnel compris entre 10 et 20 % du montant du bien afin de couvrir les frais de notaire, d’acquisition, etc. Or, Sandra et Guillaume n’ont pas les moyens de payer cette somme et ne peuvent pas fournir de garanties suffisantes pour obtenir leur prêt. Et leurs familles n’ont pas non plus les moyens de les aider.

Doivent-ils pour autant faire une croix sur leurs beaux projets d’aménagement, sur leurs idées de décoration ou sur une chambre supplémentaire pour un futur bébé ? Non, leur banquier les rassure et les informe que, sous certaines conditions, il existe des aides pour prêter main-forte aux ménages dans leurs démarches d’accession à la propriété. C’est notamment le cas en matière de garantie.

La garantie de l’État : un coup de pouce bienvenu

« Lorsqu’un ménage n’a pas suffisamment de garanties propres pour obtenir un crédit pour financer la construction, l’acquisition ou l’amélioration d’un logement, – c’est le cas pour Sandra et Guillaume – l’État peut, sous conditions, aider à garantir un prêt hypothécaire, explique le banquier. Cela s’appelle la garantie de l’État ».

Lire la suite de l’article sur myLIFE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *